Il existe une communauté en Inde qui offre ses morts aux vautours au lieu de les enterrer !

9 juin 2018 | Dans Religions, Société

Le rite funéraire le plus pratiqué dans la majorité des cultures et l’enterrement ou l’inhumation, ce rite présente aujourd’hui des coûts importants, et bien qu’il existe une convention obseques qui prend en charge tous les coûts du funerarium, certaines cultures ont choisi un rite assez étrange.

La communauté indienne des Parsis qui croient au zoroastrisme, une religion monothéiste de l’Iran ancien, a fait de grands efforts pour maintenir un rituel funéraire vieux de 3000 ans qui consiste à donner les défunts aux vautours.
Sur les 138 000 zoroastriens restants dans le monde, environ 69 000 vivent en Inde. Mumbai compte environ 40 000 Parsis.

Cherchant la liberté de religion et les droits économiques, leurs ancêtres avaient quitté l’Iran au début du Xe siècle pour la zone côtière de l’ouest de l’Inde dite Sanjan, à 185 km au nord de Mumbai. Avec eux vient la tradition des structures érigées dans les bois afin d’exposer leurs morts aux oiseaux charognards, principalement les vautours.

Les Parsis considèrent la terre et l’eau comme sacrées et ne doivent pas être polluées par un cadavre. Dans le processus d’excarnation, un cadavre nu était positionné sur les parois d’un des trois puits circulaires, un pour les enfants, un pour les hommes, un pour les femmes, en attendant les oiseaux de proie.

Quand il n’y a plus de chair sur le corps, le squelette dégringole dans le puits profond connecté à quatre autres puits externes à travers des canaux. Des couches de charbon et de sable, installées à l’intérieur de chaque puits filtrent les restes avant qu’ils ne tombent et ne se mélangent au sol.

Mais ce rituel est sur le point de disparaître à cause d’un problème qui a commencé dans les années 1990 quand la population de vautours à travers l’Inde a commencé à disparaître mystérieusement.

En 2007, le nombre de vautours avait chuté de 99%. Ces disparitions ont intrigué les scientifiques, jusqu’à ce que des études ont révélé qu’un médicament administré aux bovins en Inde a tué les vautours quand ils se sont nourris des carcasses.

Le gouvernement indien a interdit ce médicament et a mis en place des réserves pour ces oiseaux. Cela pourrait sauver ce rite et rendre la vie plus facile pour les Parsis.

Le Saviez-Vous ? sur facebook